échasse blanche

[ prise de son : Pierre Armand ]

 

« On ne sait pas trop ce qu’on dit, dit-il, mais on le dit. On sent passer, très vite, l’aile et l’absence de l’oiseau. »

Jacques Ancet, 26 octobre 2012 – 00h57

 

oiseau alerte
aux longues pattes rouges
tendues droit derrière
flèche vive

j’sais pas ce que c’est
comme oiseau

me dit mon guide

son truc à lui c’est l’usine-là
j’ai passé toute ma vie
en fait, dans ce truc-là

trente ans à travailler dedans
dedans il connaît trop
incollable dégoûté

dehors
côte à côte
nous avançons

sur le chemin de ronde
vers l’aire d’exercice
où l’on apprend à ne pas
mourir asphyxié

l’oiseau quitte l’eau stagnante
son nid, d’un cri strident

trace des boucles inquiètes
au-dessus de nos têtes

en cas d’alerte
au chlore
évacuez

corps de plumes chétif
présence forte
corps en cri

on avance malgré lui
vers la barrière
la torchère
le bout

s’amenuise son cri
sous le feu lourd
qui tonne

 

pas de nom pour
cet oiseau-là
ce veilleur

le nommer
chercher au retour
se laver de l’air brun de l’usine

petit échassier pattes rouges
taper ces mots valider
trouver son nom

 

 

échasse blanche

 

 

entendre s’élever
voir plus loin

 

entendre équilibre

fragile
léger
clair

 

voici donc ce que c’était

une alarme d’échasse blanche
sous les ronflements sourds des torchères

Publicité

One Comment on “échasse blanche”

  1. […] la pluie rendait impossible le tournage prévu de l’autre côté du golfe de Fos, à Lavera, là où les torchères grondent contre les échasses blanches. Nous avions envie, tous trois, d’approcher le mastodonte, de donner corps et vie à cette […]


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s