pêche et maléfice

Envie de mettre en avant cet extrait qui m’est venu, hier, en écho à un commentaire sur cette question des écarts entre sons et mots. L’image même de ce que je recherche ici.

“L’attrait de la pêche tient, formellement, dans l’instant très court où quelque chose a quitté sa place pour faire intrusion dans une autre en conservant les propriétés qu’il tenait de la première. Tout commence à la déchirure soudaine de la surface, quand ça a pris et que ça se refuse à en tirer les conséquences, à venir jusqu’à nous, de l’autre côté. Ça fait toute une histoire scandée de rapprochements et de fuites, ponctuée de lueurs sourdes et d’éclats brillants, de réticences, d’abandons. Parfois, elle tourne court, quand le poisson, si c’en est un, s’il existe avant de s’être matérialisé dans l’air, rompt le fil ou se défait du flocon de plume qu’on lui avait fiché en gueule. Mais parfois, elle aboutit et le maléfice, aussitôt, commence à s’exercer.”

Pierre Bergounioux
La Ligne, Verdier, p. 18

Publicités

elements de conversation sur un projet de rencontres autour du “field recordings”

Infact Paris / La Société De Curiosités

Des enfants par l’oreille

Le point d’ouïe : qu’est ce que c’est que connaitre par le son ?

Avec une question associée : qu’est ce qu’on gagne qu’est ce qu’on perd ?

Que gagne t-on à se libérer du sens ou du son qui fait sens, du son-image ?

Si on pense que quand il ne reste plus que le son on peut accéder à une connaissance hors savoir, hors langage, n’est-on pas dans la plus grande des illusions? Car en effet ceux qui ont élaboré une relation avec, par exemple, la forêt, la jungle, une nature, des plantes, ou une machine, ont aussi construit une écoute, pour chasser, éviter les animaux dangereux, travailler, sans compter tout ce qu’ils écoutent comme étant des voies possibles qui donnent du sens, car ils ont voulu donner ce sens là à ces sons, devant être entendus comme des appels, des signes : cela…

View original post 1 189 mots de plus